arrêt Ameli +- arrêt de travail ou maladie en ligne
Tiers payant 0€ ou remboursable
Médecin basé en France

✓ Consultation FR

+demande d’ARRÊT

 

 

Arrêt maladie : les démarches du salarié

Pour vous soigner, le médecin vous a prescrit un arrêt de travail. Vous avez 48 h pour transmettre l’avis d’arrêt maladie à votre caisse primaire d’assurance maladie et à votre employeur. Votre présence à votre domicile peut être contrôlée pendant toute la durée de l’arrêt de travail.

L’ESSENTIEL

Infographie représentant les démarches à effectuer pour transmettre votre avis d’arrêt de travail (cf. description détaillée ci-après)Lire la transcription textuelle de l’infographie

SALARIÉ, VOS DÉMARCHES EN CAS D’ARRÊT DE TRAVAIL

Parce que vous êtes malade, votre médecin vous a prescrit un arrêt de travail pour maladie. Il vous a remis un document (l’avis d’arrêt de travail) que vous devez envoyer sous 48 heures. Ce document sert à avertir votre caisse primaire d’assurance maladie (CPAM) ainsi que votre employeur pour que vous puissiez être indemnisé.

Masquer la transcription textuelle de la vidéo

Comme un traitement, un arrêt de travail est prescrit pour des raisons médicales. Sa durée est définie par votre médecin, en fonction de votre état de santé, de votre situation personnelle et professionnelle. Longs trajets quotidien ? Travail en extérieur ? Risque de contamination ? Gestes répétés douloureux ?
Lorsque vous êtes malade, pour savoir si vous devez rester chez vous pour vous soigner ou si vous pouvez continuer à travailler, échangez avec votre médecin traitant. C’est à lui de décider de la nécessite d’un arrêt de travail et de sa durée. Votre médecin dispose de durées qui le guident dans sa prescription. La décision appartient à votre médecin. Faites-lui confiance.

Masquer la transcription textuelle de la vidéo

Envoyez votre avis d’arrêt de travail sous 48 heures

Deux cas de figure sont possibles :

Si votre médecin ne vous a remis qu’une seule feuille

Cela signifie qu’il a déjà télétransmis les volets 1 et 2 de votre arrêt de travail par internet à votre caisse primaire d’assurance maladie. Il a recueilli votre accord pour cette télétransmission.

Il vous a remis le volet 3. Vous avez 48 heures maximum pour envoyer ce document à votre employeur par courrier postal (ou à votre agence Pôle emploi si vous êtes au chômage).

Si votre médecin vous a remis un avis d’arrêt maladie papier qui comporte 3 feuilles

Dans ce cas, vous avez 48 heures maximum pour compléter et envoyer les volets 1 et 2 par courrier postal au service médical de votre caisse primaire d’assurance maladie.

Le volet 3 doit également être envoyé par courrier postal à votre employeur (ou à votre agence Pôle emploi si vous êtes au chômage). Notez que ce volet 3 n’indique pas la raison médicale de votre arrêt de travail car cette information est couverte par le secret médical et ne concerne pas votre employeur.

Les obligations de votre employeur en cas d’arrêt de travail

Si vous êtes salarié, votre employeur doit établir une attestation de salaire et la transmettre rapidement à votre caisse primaire d’assurance maladie. Il s’agit du document réglementaire qui permet le calcul et le versement de vos indemnités journalières.

Si vous avez plusieurs employeurs

Vous devez avertir chacun de vos employeurs. Les photocopies du volet 3 sont des justificatifs valables pour les employeurs auquel vous ne pouvez pas envoyer l’original.

Chacun de vos employeurs doit établir une attestation de salaire et l’envoyer à votre caisse primaire d’assurance maladie

Si vous ne respectez pas le délai de 48 heures

Au premier retard, vous recevrez un courrier d’information vous rappelant les délais à respecter.

Au deuxième retard, vous pourrez être sanctionné et vos indemnités réduites de façon importante. Si vous êtes hospitalisé ou dans l’impossibilité de respecter ce délai, n’hésitez pas à joindre à votre envoi une lettre expliquant la situation ainsi que tout justificatif utile.

Notez que si, à la fin de votre arrêt de travail, vous n’avez toujours pas envoyé l’avis d’arrêt de travail, vous ne serez pas indemnisé du tout.

Arrêt maladie et chômage : les documents à joindre

Si vous êtes au chômage, pensez à envoyer aussi les justificatifs suivants à votre caisse primaire d’assurance maladie :

  • votre notification d’admission à Pôle emploi ;
  • votre dernier relevé de situation Pôle emploi ;
  • vos 3 derniers bulletins de salaires (si vous exercez une activité saisonnière ou discontinue, envoyez vos feuilles de paye sur les 12 derniers mois).

Arrêt maladie et deuil d’un enfant de moins de 25 ans ou d’une personne à charge de moins de 25 ans

Pour bénéficier de cet arrêt indemnisé, votre médecin doit vous fournir un certificat médical précisant que l’arrêt est prescrit en lien avec le décès d’un enfant ou d’une personne à charge de moins de 25 ans. Le certificat doit préciser les dates de l’arrêt. Vous devez faire parvenir ce certificat à votre organisme de sécurité sociale de rattachement.

Arrêt maladie et deuil d’un enfant

Dans les 13 semaines qui suivent le décès de votre enfant âgé de moins de 25 ans ou le décès d’une personne âgée de moins de 25 ans qui était à votre charge effective et permanente, votre médecin peut vous prescrire un arrêt de travail pour maladie.

Dans ce cas, votre arrêt sera indemnisé sans application du délai de carence.

Voir aussi l’article Congé de deuil parental.

VOS OBLIGATIONS PENDANT VOTRE ARRÊT MALADIE

Votre médecin indique sur votre avis d’arrêt de travail si vous êtes autorisé ou non à quitter votre domicile durant votre arrêt de travail pour maladie. Votre caisse primaire d’assurance maladie peut contrôler que vous êtes bien présent chez vous pendant toute la durée de l’arrêt, y compris les samedis, dimanches et jours fériés.

Horaires de sortie en cas d’arrêt maladie

Vos obligations dépendent de la décision de votre médecin, indiquée sur votre avis d’arrêt de travail :

  • vous n’êtes pas autorisé à sortir de votre domicile parce que votre état de santé ne le permet pas ;
  • vous êtes autorisé à sortir mais vous devez tout de même être présent à votre domicile de 9 h à 11 h et de 14 h à 16 h. Sur ces tranches horaires, vous ne pouvez sortir que pour des soins ou des examens médicaux. Vous devez respecter ces horaires tous les jours de la semaine, pendant toute la durée de votre arrêt, y compris le samedi, le dimanche et les jours fériés ;
  • vous êtes autorisé à sortir en toute liberté. Dans ce cas, votre médecin doit justifier sa décision sur le volet 1 de l’avis d’arrêt de travail, destiné au service médical de votre caisse primaire d’assurance maladie.

Déplacements et contrôle en cas d’arrêt maladie

Durant votre arrêt maladie, vous devez limiter vos déplacements afin de tenir compte de votre état de santé. Si vous êtes amenés à vous déplacer, voici les démarches à effectuer en fonction des situations :

  • Si vous devez résider momentanément à une autre adresse dans votre département pendant votre arrêt de travail pour maladie, vous pouvez l’indiquer sur le volet 1 de l’avis remis par votre médecin avant de l’envoyer à la caisse primaire et à votre employeur. C’est à cette adresse que vous pourrez être contrôlé.
  • Si vous souhaitez séjourner en dehors du département où vous habitez, vous devez impérativement demander au préalable l’accord de votre caisse primaire d’assurance maladie. Afin de nous permettre d’étudier votre demande dans les meilleurs délais, nous vous recommandons de l’adresser au minimum 15 jours avant votre départ. Si le séjour est prescrit par le médecin ou si votre demande est jugée justifiée, vous recevrez un accord. Pour faire votre demande, envoyez un message via votre compte ameli ou un courrier à votre caisse d’assurance maladie en précisant les dates et l’adresse de votre lieu de séjour. Vous pouvez y joindre tous les documents que vous jugerez utiles pour justifier votre demande.

Les visites de contrôle de l’Assurance Maladie

Votre caisse primaire d’assurance maladie peut effectuer des contrôles à votre domicile ou vous convoquer auprès du service médical. Vos indemnités journalières peuvent être réduites voire supprimées si :

  • vous refusez le contrôle ou si vous ne vous rendez pas à la convocation (article L.323-6 du code de sécurité sociale) ;
  • votre arrêt de travail n’est pas ou n’est plus médicalement justifié au moment du contrôle ;
  • vous exercez une activité non autorisée par votre médecin ;
  • vous ne respectez pas les heures de sortie autorisée ou vous quittez votre département de résidence sans l’accord préalable de votre CPAM.

VOS REVENUS PENDANT L’ARRÊT DE TRAVAIL

Si vous êtes salarié ou chômeur inscrit à Pôle emploi, l’Assurance Maladie peut vous verser des indemnités journalières. Ces versements sont destinés à compenser le salaire ou les allocations que vous ne touchez plus parce que votre état de santé vous empêche de travailler. En cas de subrogation de votre employeur, il continue de vous verser votre salaire, partiellement ou en totalité, sans que vous ayez aucune démarche à effectuer. Dans ce cas, l’Assurance Maladie lui versera directement les indemnités journalières. Renseignez-vous auprès de votre entreprise.

Votre déclaration d’impôts

Les indemnités journalières font partie des revenus que vous devez déclarer à l’administration fiscale. Pour compléter votre déclaration d’impôts, vous aurez besoin de télécharger votre attestation de paiement d’indemnités journalières disponible dans votre compte ameli.

Pour tout savoir sur vos revenus quand vous êtes malade, consultez l’article « Arrêt de travail pour maladie : vos indemnités journalières ».

REPRENDRE LE TRAVAIL

À la fin de votre arrêt de travail,

  • vous devez reprendre votre activité professionnelle si vous êtes salarié. Vous n’avez aucune démarche à accomplir auprès de l’Assurance Maladie. Vous ne percevez plus vos indemnités journalières mais percevez à nouveau votre salaire ;
  • si vous êtes au chômage, vous êtes réintégré à Pôle emploi et recommencez à percevoir vos allocations. Votre période d’indemnisation chômage sera prolongée du nombre de jours qui ont été indemnisés par l’Assurance Maladie au titre de la maladie. Cela signifie que si vous avez perçu les indemnités journalières de l’Assurance Maladie pendant 10 jours, vous toucherez vos allocations chômage pendant 10 jours supplémentaires par rapport à la date de fin de droits qui vous avait été notifiée.

En échangeant avec votre médecin traitant, le médecin-conseil de l’Assurance Maladie ou le service social de l’Assurance Maladie, vous pouvez envisager différentes solutions de reprise d’activité comme un temps partiel pour motif thérapeutique (appelé couramment mi-temps thérapeutique), un aménagement du poste de travail ou encore un reclassement.

À noter : si vous le souhaitez, vous avez le droit de reprendre votre activité avant la fin de votre arrêt maladie. Dans ce cas, vous devez en informer votre caisse primaire d’assurance maladie dans un délai de 24 heures.

Lire la transcription textuelle de la vidéo

La visite de préreprise : à votre initiative ou avec votre accord

Durant votre arrêt de travail une visite médicale de préreprise peut être organisée.

Qui peut demander la visite de préreprise ?

Vous-même, votre médecin traitant ou encore le médecin-conseil de l’Assurance Maladie.

Qui vous fera passer la visite de préreprise ?

Votre médecin du travail.

À quoi sert-elle ?

La visite de préreprise peut permettre de vous rassurer mais aussi de prévoir des adaptations de votre poste et de votre temps de travail. S’il ne vous est plus possible d’occuper le même emploi, le médecin du travail peut également préconiser des formations professionnelles pour faciliter votre reclassement ou votre réorientation professionnelle. Sauf opposition de votre part, il informera l’employeur et le médecin-conseil de l’Assurance Maladie de ses recommandations. L’objectif est que tout soit mis en œuvre pour faciliter la reprise de votre activité, si nécessaire dans un autre emploi adapté à votre condition médicale.

Le mi-temps thérapeutique

Votre médecin traitant peut vous prescrire un temps partiel thérapeutique (ou mi-temps thérapeutique) s’il estime qu’un travail à temps partiel peut contribuer à votre rétablissement.

Pour toucher les indemnités journalières de l’Assurance Maladie pendant votre mi-temps thérapeutique, 2 conditions doivent être remplies :

  • le temps partiel thérapeutique doit être prescrit par votre médecin traitant ;
  • l’aménagement de vos horaires doit être négocié avec votre employeur.

Depuis le 1er janvier 2019, le passage au travail à temps partiel thérapeutique ne doit plus être précédé obligatoirement d’un arrêt de travail indemnisé à temps complet.

À noter : pour les modalités d’application du mi-temps thérapeutique dans l’entreprise, c’est à vous d’en discuter avec votre médecin du travail et votre employeur. Il n’existe aucune règle fixant la répartition des heures de travail dans la semaine. Votre employeur peut refuser un aménagement des horaires qu’il juge incompatible avec le fonctionnement de l’entreprise.

L’indemnisation de l’Assurance Maladie au titre de la reprise du travail en temps partiel thérapeutique ne peut dépasser une certaine durée : renseignez-vous auprès de votre caisse primaire d’assurance maladie.

La visite de reprise : vous reprenez votre travail

Suite à un arrêt maladie d’au moins 30 jours, ou systématiquement après un congé maternité, vous devez passer une visite médicale de reprise.

Qui organise la visite de reprise ?

Cette visite est organisée par votre employeur et doit se tenir dans les 8 jours qui suivent votre retour effectif dans l’entreprise.

À quoi sert la visite de reprise ?

Lors de cette visite, votre médecin du travail délivre son avis sur votre aptitude à reprendre votre poste. Il peut également discuter avec vous des adaptations de poste, des aménagements, d’un reclassement. Si vous l’aviez déjà rencontré lors d’une visite de préreprise, il pourra examiner avec vous comment votre employeur propose de mettre en œuvre les aménagements recommandés.

S’il apparaît que vous ne pouvez pas reprendre votre emploi, vous êtes déclaré inapte et votre employeur doit chercher à vous reclasser dans l’entreprise.

Votre capacité de travail est réduite ?

Si votre capacité de travail est réduite à la suite d’une maladie ou d’un accident d’origine non professionnelle, vous pouvez bénéficier, sous certaines conditions, d’une pension d’invalidité. Pour plus d’informations, consultez l’article Pension d’invalidité : démarches et prise en charge.

Être accompagné par le service social de l’Assurance Maladie pour faciliter votre retour au travail

Votre état de santé risque de rendre difficile votre retour au travail ? Vous pouvez, durant votre arrêt de travail, demander à être accompagné par le service social de l’Assurance Maladie.

L’assistant du service social vous aide à évaluer votre situation et à construire un projet professionnel adapté à votre situation :

  • en vous informant sur vos droits et les démarches à effectuer ;
  • en vous conseillant sur les actions que vous pouvez engager pendant votre arrêt de travail (visite de préreprise, bilan de compétences, formation, adaptation ou aménagement du poste de travail, reclassement professionnel, etc.) ;
  • en vous orientant ou en vous mettant en relation avec le bon interlocuteur (médecin traitant, employeur, médecin du travail, opérateur de placement spécialisé, maison départementale des personnes handicapées (MDPH), etc.).

L’assistant de service social vous propose :

  • des rendez-vous individuels, y compris en venant à votre domicile si besoin ;
  • des réunions d’informations et des groupes d’échange et de soutien.

En pratique, vous pouvez joindre le service social en contactant votre caisse primaire d’assurance maladie.

EN CAS DE PROLONGATION D’ARRÊT DE TRAVAIL

Si aucune solution n’a pu être trouvée pour vous permettre de reprendre une activité professionnelle compatible avec votre état de santé, votre arrêt de travail peut être prolongé. Vous devez faire cette démarche avant la fin de votre arrêt de travail. Attention, seul le médecin qui vous a prescrit l’arrêt de travail initial ou votre médecin traitant peuvent prescrire cette prolongation.

La prolongation par un autre médecin

La prolongation de l’arrêt de travail par un autre médecin est exceptionnellement autorisée s’il s’agit :

  • du remplaçant du médecin qui a prescrit votre arrêt de travail initial ou du remplaçant de votre médecin traitant ;
  • d’un médecin spécialiste consulté à la demande du médecin traitant ;
  • d’un médecin qui vous suit durant une hospitalisation.

En dehors de ces cas, vous devrez prouver qu’il vous était impossible de faire appel à l’un des médecins autorisés à prescrire la prolongation. Pour cela, envoyez tout document justificatif utile à votre caisse primaire d’assurance maladie.

Attention

Comme pour l’avis d’arrêt de travail initial, vous devez envoyer l’avis de prolongation d’arrêt de travail sous 48 heures à votre CPAM et à votre employeur (ou à votre agence Pôle emploi).

Vous êtes en arrêt de travail depuis 90 jours ?

Le service social de l’Assurance Maladie peut vous aider à trouver des réponses à vos questions sur la prise en charge de vos soins, sur vos droits, sur votre reprise de travail ou sur votre avenir professionnel. Il vous apporte un soutien personnalisé.

Pour en savoir plus, contactez le service social de votre caisse d’assurance maladie.

 

Accident du travail ou de trajet : les démarches du salarié

 

Vous avez été victime d’un accident du travail ou de trajet ?

Si vous êtes salarié, vous pouvez bénéficier de la prise en charge spécifique aux accidents du travail. Retrouvez ci-dessous les démarches à effectuer.

Si vous êtes travailleur indépendant, le risque accident du travail/maladie professionnelle n’est pas obligatoire pour votre profession (commerçant, artisan, profession libérale, chauffeur de taxi, sportif non professionnel, agent, courtier, voyageur, mandataire patenté). Vous avez la possibilité de souscrire une assurance volontaire individuelle.

 

ACCIDENT DU TRAVAIL OU DE TRAJET : ÊTES-VOUS COUVERT ?

En cas d’accident survenu sur votre lieu de travail ou lors du trajet entre celui-ci et votre domicile, votre couverture santé varie en fonction de l’organisme de sécurité sociale vous êtes rattaché pour l’assurance maladie.

Vous êtes salarié et affilié au régime général

Vous êtes couvert. Dès votre embauche, vous bénéficiez de l’assurance accidents du travail et maladies professionnelles prévue par le Code de la sécurité sociale.

Vous êtes salarié et affilié à un régime spécial de sécurité sociale

Vous êtes couvert. Que vous soyez personnel auxiliaire de la SNCF, salarié des indistries électriques et gazières, agent non titulaire de l’État ou encore des collectivités territoriales, vous êtes également couvert face aux maladies professionnelles et accidents du travail.

Vous êtes travailleur indépendant

Votre activité ne vous permet pas de bénéficier de l’assurance obligatoire en cas d’accident du travail ou de maladie professionnelle. Vous pouvez souscrire une assurance volontaire individuelle auprès de votre caisse d’assurance maladie. Adressez-lui pour cela votre demande sans oublier de fournir votre revenu annuel. Il servira de base au calcul de vos cotisations et prestations.

L’assurance volontaire individuelle contre le risque accidents du travail et maladies professionnelles vous concerne tout particulièrement si vous êtes :

  • commerçant ;
  • artisan ;
  • profession libérale ;
  • chauffeur de taxi,
  • sportif non professionnel ;
  • agent, courtier, voyageur, mandataire patenté.

Vous bénéficiez toujours de la prise en charge de vos frais de santé aux taux et conditions habituelles des prestations maladie. Mais l’assurance volontaire individuelle vous permet de bénéficier de prestations plus étendues en cas d’accident du travail et de maladie professionnelle, en comparaison avec la couverture de base de la maladie.

Elle permet de bénéficier :

  • du remboursement à 100 %, sur la base des tarifs conventionnels, des frais de santé liés à un accident de travail/de trajet ;
  • du versement d’une indemnité en capital ou d’une rente en cas d’incapacité permanente (IPP) liée à un accident de travail/de trajet ou une maladie professionnelle ;
  • et, en cas de décès de l’assuré consécutif à un accident du travail/de trajet ou à une maladie professionnelle, du remboursement des frais funéraires et, s’il y a lieu, des frais de transport du corps jusqu’au lieu de sépulture, à la personne qui les a réglés, sur justificatifs dans la limite des frais engagés.

Cas particuliers

L’assurance accidents du travail et maladies professionnelles peut vous être accordée si vous êtes :

  • élève ou étudiant d’établissements d’enseignement technique, secondaire ou spécialisé ;
  • stagiaire ;
  • stagiaire de la formation professionnelle continue ;
  • demandeur d’emploi participant à des actions d’aide à la création d’entreprise ou d’orientation, d’évaluation ou d’accompagnement de la recherche d’emploi à la condition que ces actions soient dispensées ou prescrites par Pôle emploi ;
  • bénéficiaire du revenu de solidarité active (RSA) participant à des actions favorisant l’insertion ;
  • participant à un stage de réadaptation fonctionnelle ou de rééducation professionnelle ;
  • participant bénévole au fonctionnement d’organismes à objet social ;
  • détenu exerçant un travail pénal ;
  • volontaire pour l’insertion.

Pour bénéficier de cette assurance, renseignez-vous auprès de la structure dont vous dépendez : entreprise, Pôle emploi, Caf, administration, mission locale, organismes d’intérêt général, œuvres, etc. ou auprès de la caisse d’assurance maladie de votre lieu de résidence.

 

QU’EST-CE QU’UN ACCIDENT DU TRAVAIL ?

Selon le Code de la sécurité sociale, la définition d’un accident du travail est la suivante : « Est considéré comme accident du travail, quelle qu’en soit la cause, l’accident survenu par le fait ou à l’occasion du travail de toute personne salariée ou travaillant à quelque titre ou en quelque lieu que ce soit pour un ou plusieurs employeurs ou chefs d’entreprise ».

En pratique, on dit qu’il y a accident du travail :

1. s’il existe un lien de subordination entre la victime et son employeur au moment de l’accident ;

2. que l’accident est à l’origine de lésions corporelles ou psychiques ;

3. et qu’il peut être daté avec précision.

Vous avez eu un accident sur votre lieu de travail pendant vos horaires de travail

Vous avez eu un accident hors de votre lieu de travail ou en dehors de vos horaires de travail

 

QU’EST-CE QU’UN ACCIDENT DE TRAJET ?

Il se définit comme l’accident qui se produit pendant le trajet aller ou retour :

  • entre votre lieu de travail et votre résidence principale ou tout autre lieu de résidence où vous vous rendez de façon habituelle pour des raisons familiales ;
  • entre votre lieu de travail et le restaurant, la cantine ou tout autre lieu où vous prenez habituellement vos repas lorsque vous travaillez.

Un tel trajet est ce que l’on appelle un itinéraire protégé. Il n’est pas forcément direct s’il répond à une logique de covoiturage régulier et qu’un détour est nécessaire. En revanche, il doit être le plus habituel possible et ne pas avoir été interrompu ou détourné pour un motif d’ordre personnel, non nécessaire au travail ou à la vie courante.

Votre accident est arrivé sur votre itinéraire protégé

Votre accident est arrivé en dehors de votre itinéraire protégé

 

SALARIÉ : COMMENT DÉCLARER UN ACCIDENT DU TRAVAIL OU DE TRAJET ?

L’ESSENTIEL

 

Lire la transcription textuelle de l’infographie

1. Informez votre employeur

Dans les 24 h, votre employeur doit être informé. Indiquez-lui les lieux et les circonstances. Si une autre personne est responsable de l’accident, précisez son identité ainsi que celles des éventuels témoins.

Votre employeur a ensuite 48 h pour déclarer l’accident à l’Assurance Maladie. Il peut émettre des réserves motivées sur le caractère professionnel de l’accident au moment de remplir la déclaration d’accident du travail (DAT) ou pendant les 10 jours suivants. S’il refuse d’établir la déclaration, vous pouvez le faire vous-même auprès de votre caisse d’assurance maladie.

Votre employeur vous remet une feuille d’accident du travail ou de maladie professionnelle, le formulaire S6201 (PDF), à conserver précieusement : elle vous permet d’avoir une prise en charge à 100 % des frais médicaux liés à votre accident, dans la limite des tarifs de base de l’Assurance Maladie, sans avance de frais.

Vous devrez rendre cette feuille à votre caisse primaire d’assurance maladie (CPAM) :

  • après votre guérison ou votre consolidation quand votre médecin considèrera que vous n’avez plus besoin de soins particuliers ;
  • dans le cas où votre accident n’est pas reconnu comme accident du travail.

2. Faites établir un certificat médical par un médecin

Ce certificat doit indiquer avec précision la date de votre accident, votre état (localisation et nature des lésions avec les symptômes éventuels) et les conséquences éventuelles de l’accident (séquelles fonctionnelles).

Ce certificat peut être établi :

  • de manière dématérialisée par le médecin. Vous n’avez alors aucune démarche à effectuer ;
  • via le formulaire S6909 que remplit le médecin. Adressez les volets 1 et 2 à votre caisse d’assurance maladie si votre médecin ne le fait pas lui-même.

Dans les deux cas, il vous est demandé de conserver le volet 3.

3. En cas d’arrêt de travail

Le médecin complète la partie relative à la période d’arrêt de travail sur le certificat médical initial, dont un volet est à remettre à votre employeur.

4. Apportez les éventuels compléments d’information demandés par la caisse primaire d’assurance maladie (CPAM)

À partir de la réception de votre déclaration d’accident et du certificat médical décrivant les lésions, votre caisse d’assurance maladie peut qualifier directement votre accident comme accident du travail dans un délai de 30 jours si votre employeur n’a pas émis de réserves. S’il a émis des réserves ou si la CPAM l’estime nécessaire, elle engage une phase d’investigation de 70 jours maximum.

Pour cela, un questionnaire vous est envoyé ainsi qu’à votre employeur. La CPAM vous informe des dates clés de la procédure :

  • date à laquelle votre employeur et vous pourrez consulter le dossier et faire vos éventuelles observations ;
  • date à laquelle la CPAM devra, au plus tard, avoir notifié sa décision.

Afin de faciliter vos démarches, l’Assurance Maladie a mis en place le site Questionnaire risque professionnel en ligne. Vous serez informé par un courrier mentionnant vos identifiants dès le début de la procédure. Vous disposez de 20 jours maximum pour renvoyer le questionnaire rempli à l’Assurance Maladie ou pour le remplir en ligne

Sur ce service en ligne, vous pourrez :

  • obtenir une aide en ligne au remplissage du questionnaire ;
  • joindre au questionnaire tous les documents que vous souhaiteriez porter à la connaissance des agents spécialisés ;
  • consulter et télécharger les pièces de votre dossier à l’issue des investigations et faire vos observations si nécessaire.

L’utilisation de ce téléservice vous permet également d’économiser le coût de l’envoi postal du dossier à votre caisse d’assurance maladie.

Une fois cette investigation menée à son terme par la caisse d’assurance maladie, celle-ci met le dossier à votre disposition et à celle de votre employeur C’est à partir de ce moment que débute la phase contradictoire.

Votre employeur et vous, pouvez consulter le dossier en ligne et y apporter vos observations respectives pendant 10 jours (vous pouvez aussi consulter votre dossier à l’accueil de votre CPAM).

Passé ce délai et pendant encore 10 jours maximum votre employeur et vous pouvez encore consulter le dossier sans y apporter de nouvelles observations.

En résumé

Si votre employeur n’émet pas de réserve sur le caractère professionnel de votre accident et si la CPAM ne lance pas d’investigation, votre dossier sera instruit dans un délai d’un mois après réception de votre déclaration d’accident et du certificat médical décrivant les lésions.

Si votre employeur a émis des réserves ou si la CPAM décide d’investiguer sur les circonstances de l’accident, la CPAM rendra sa décision dans les 3 mois après réception de votre déclaration d’accident et du certificat médical décrivant les lésions.

Sans réponse dans ces délais considérez que votre accident a été reconnu comme étant un accident du travail.

Si la CPAM n’a pas reconnu votre accident de travail, vous pouvez contester sa décision. Pour cela, contactez votre caisse d’assurance maladie : elle vous indiquera les voies de recours et le délai dont vous disposez pour faire appel de la décision.

Vous êtes affilié à l’Assurance Maladie des Mines ?

Dans ce cas, tous les documents sont à envoyer à l’adresse suivante :

Assurance Maladie des Mines
TSA 39014
62035 Arras Cedex

Vous pouvez également contacter votre caisse primaire d’assurance maladie par téléphone :

  • depuis la France, au 08 09 80 00 11 (service 0,06 €/min + prix appel) ;
  • depuis l’étranger, appelez le + 33 1 84 95 13 85 (prix variable selon l’opérateur).

Il est possible de bénéficier d’indemnités avant la décision de la caisse primaire d’assurance maladie

L’Assurance Maladie peut effectuer à votre demande un premier versement de vos indemnités journalières en cas d’allongement du délai d’instruction de votre dossier et afin que vous ne restiez pas sans ressources.

 

 

Docteur Nagib Moatassime

(+33) 05 17 26 63 42

Arrêt

Arrêt maladie par Médecin en ligne .Vous prenez RDV sur le site, si vous vous sentez trop malade pour travailler, vous pouvez consulter un médecin réel en ligne ( payable aprés 25€, où 0€ Tiers payant actuel ou CMU/ALD ) qui à l’issue d’une téléconsultation pourra délivrer un arrêt maladie (3 jours max en général)

Gastro-entérite

✓La gastro-entérite est une infection digestive d’origine virale, elle touche aussi bien les enfants que les adultes et reste assez courante. Le syndrome fait généralement partie de la famille des rotavirus et des norovirus.

Rhume-covid-19

Vous rencontrez les symptômes d’un rhume ? D’origine virale, cette affection des voies respiratoires se manifeste par des symptômes similaires à ceux de la Covid-19. Cette année, soyez attentifs, suivez les recommandations du gouvernement et téléconsultez en cas de toux, nez bouché, légère fièvre, maux de tête et fatigue.

Comment soigner une gastro rapidement ?

Comment soigner une gastro rapidement ?

Le traitement de la gastro-entérite

Si la gastro-entérite est virale, les antibiotiques n’auront aucun effet sur elle. Il n’existe pas de médicaments spécifiques contre la gastro-entérite, uniquement la possibilité de traiter les symptômes pour soulager le malade :

  1. Contre les nausées et les vomissements : un traitement par l’argile verte est radical.
  2. Contre la douleur et la fièvre : un antidouleur, antispasmodique
  3. Contre la diarrhée : anti-diarrhéique, principalement de l’argile
  4. « jeûne intermittent » Le prix Nobel de médecine 2016 a été attribué au Japonais Yoshinori Ohsumi sur l’autophagie

C’est votre médecin qui vous prescrira le bon traitement en fonction de votre situation et de son diagnostic. Nous vous déconseillons l’automédication, notemment pour les enfants et les bébés

✓Evitez l’automédication, téléconsultez un médecin ! Attention : les ralentisseurs de transit sont souvent déconseillés par les médecins pour soigner une gastro-entérite, au risque que les germes stagnent dans le tube digestif et provoquent une infection. Ils sont à consommer avec modération pour des raisons pratiques, en cas de long déplacement par exemple ou l’absence de toilette à disposition.

N’attendez pas qu’un RDV se libère en cabinet, consultez un médecin en vidéo et recevez une ordonnance si nécessaire.

Comment soigner le rhume d’un nourrisson ?

Le rhume chez le nourrisson est à surveiller, notamment si celui-ci arrive avant ses 3 mois, âge auquel votre bébé ne respire encore que par le nez. Il faut donc adopter les bons réflexes pour le lui déboucher : lavez le nez de votre nourrisson avec du sérum physiologique pour qu’il soit plus à l’aise. Surveillez aussi s’il a de la fièvre et consultez rapidement

Soigner un rhume lorsque l’on est enceinte

Si vous êtes infectée, limitez les contacts surtout avec les personnes fragiles de votre entourage. Le rhume étant contagieux, vous éviterez ainsi de propager la maladie. Evitez l’automédication pendant la grossesse. Observez les gestes d’usage suivants pour réduire les risques de contagion.

Comment soigner la gastro-entérite naturellement ?

Comment soigner une gastro rapidement ?

Que manger pendant une gastro-entérite ?

Compte tenu de la situation symptomatique, la prise de repas est difficile. « jeûne intermittent » Le prix Nobel de médecine 2016 a été attribué au Japonais Yoshinori Ohsumi sur l’autophagie Toutefois, certains aliments aident à rétablir le transit et limiter les diarrhées tout en réhydratant l’organisme.

  • Il est recommandé de mettre son système digestif au repos pendant 24 heures en privilégiant les liquides comme les bouillons et les boissons.
  • Les malades doivent se restreindre aux aliments « neutres » riches en amidon ou en pectine, mais pauvres en fibre.
  • Le riz, les carottes, les pâtes, les pommes de terre douces sont les principaux mets conseillés,.
  • Par la suite, il est possible de réintroduire progressivement les viandes, les poissons bien cuits .
Conseils généraux MASTIQUER 20 fois à chaque bouchée

1-CURE d’eau de source Badoit Au lever 3 V d’eau, attendre 1/2 h pour le petit déjeuner et rien pendant 2 h30, 1 verre par heure, et le dernier 1/2 heure avant le déjeuner attendre 2 h30. Pareil pour le diner. Toujours un VERRE 1/2 h avant les REPAS

2-Le « jeûne intermittent »

Le prix Nobel de médecine 2016 a été attribué au Japonais Yoshinori Ohsumi sur l’autophagie : pour résumer : un jeûne de 14 à 18h la nuit compris, empêche l’insuline de bloquer les processus de réparation. C’est-à-dire ne manger que le midi et le soir et ne JAMAIS GRIGNOTER et le matin de l’eau café et thé sans sucre, sauf si vous êtes sous insuline

3-CONSEILS ALIMENTAIRES NON OBLIGATOIRES,

s’en inspirer -rapprocher surtout pendant que vous êtes “malade”
REGIME SANS (LACTOSE, GLUTEN, MAIS, ni SUCRES même roux) ni glutamate, ni aspartame (même les jus industriels et limonades 0%)
– SANS PPPP Pates, Pain, Pâtisseries, Pommes de terre sans Lactose produits Laitiers Sucre
-Permis : POISSONS et tous les légumes secs : haricots, pois chiches, lentilles, etc. … quinoa patate douce etc…. Tous les fruits et huiles d’olive et de colza. ..
-Supprimer les produits industriels et les produits laitiers (yaourt, fromage cuit ou blanc etc…)
-Supprimer tout ce qui est à base de farine de blé, même complet (biscottes etc.)

4-Ne pas restreindre les HUILES :

– Utiliser beaucoup l’huile d’olive extra vierge mélange 2/3 et 1/3 d’HUILE DE COLZA surtout à FROID au moins 10 cuillères à soupe par jour
-Corps cétoniques HUILE DE NOIX DE COCO : pour cuisiner au moins 4 cuillères à soupe par jour ou, par exemple 1 C a soupe dans un verre de thé sans sucre 3 fois par jour: ce sont des corps cétoniques énergisant longue durée
Toute cuisson vapeur à 120° maximum

Si Vous avez une gastroentérite, ou même de coup de froid je recommande :

1-ARGILE verte illite

PAS EN MEME TEMPS QUE LA PILULE CAR DESACTIVATION ET VOUS RISQUEZ LA GROSSESSE ? Et pas en même temps que les médicaments
Un tiers de cuillère à café rase dans un v. d’eau et laisser reposer entre minimum 10 mn et 6 heures maximum avant de mélanger avec un ustensile en bois et boire au coucher : mélanger et boire le tout. Respecter 2 h à distance des autres médicaments
Toute cuisson vapeur à 120° maximum

Les aliments contre-indiqués

A contrario, tous les laitages sont fortement contre-indiqués dans l’alimentation durant une gastro-entérite, ainsi que les matières grasses et les sucres. Aussi, le coca-cola n’est pas recommandé en traitement contre la gastro-entérite, cette boisson étant trop sucrée (privilégiée l’eau gazeuse). Il est plus sage aussi de fractionner ses repas sur la journée et de boire, certes beaucoup pour ne pas de déshydrater, mais par petites quantités afin d’éviter les nausées.

Les remèdes dits de grand-mère contre la gastro-entérite

Il existe de nombreux remèdes de grand-mère contre la gastro-entérite avec ou sans covid .

Attention désactive la contraception

1/Argile verte en poudre :
1 cuillères à soupe 2 à 3 fois par jour, à deux heures de distance au minimum de toute autre médication, à quatre heures si possible (1/2 dose en dessous de 5 ans, 1/4 de dose en dessous de 1 an).
Mode de préparation : en saupoudrage dans un verre d’eau. Laissez reposer 5 min puis touillez et avalez tout le contenu (ne pas utiliser de contenant ou d’ustensile en métal avec l’argile).
Effet secondaire : Possible constipation passagère, dans ce cas SURTOUT AUCUN LAXATIF, car l’ argile est en train de soigner vos intestins. Arrêter l’argile jusqu’à ce que les selles reprennent naturellement, puis reprendre l’argile.
Boire à deux heures de distance au minimum de tout autre médicament, 4 heures à l’idéal.
Où se procurer l’argile verte ? En pharmacie et en magasin diététique.

  1. La concordance avec les conseils des docteurs est l’alimentation à base de riz et de carotte, ainsi que l’hydratation, en excluant le lait de vache ; les sucres et gluten.
  2. À cela, les astuces de grand-mère conseillent la prise de tisane de sarriette, de camomille pour les spasmes, de menthe contre les vomissements avec du gingembre râpé qui a des propriétés antivirales.
  3. Contre la diarrhée, on retrouve également la banane qui ralentit le transit intestinal.

L’homéopathie sur une gastro-entérite n’est pas recommandée sauf l’argile et ne sera pas assez efficace comme traitement contre une gastro. L’action de granule sur les nausées ou la diarrhée soulage peu, voire pas du tout. De plus, cette méthode n’ayant pas fait ses preuves scientifiquement, il est dans tous les cas préférable de demander l’avis de votre médecin avant de se traiter soi-même.

Combien de temps dure une gastro ?

Est-ce qu’une gastro peut durer une semaine ?

La durée des symptômes dépend du germe contaminant. En règle générale 24 h/36 h et jusqu’à 1 semaine voire plus en cas de diarrhée sanglante avec une forte fièvre. Que faire si les symptômes persistent ? il faut toujours un avis médical si les symptômes persistent au-delà de 36h.

Prenez un avis médical en téléconsultation

Si vos symptômes persistent, il faut consulter un médecin ! Prenez RDV en vidéo

Quel est le temps d’incubation d’une gastro ?

Les premiers symptômes de la gastro-entérite apparaissent 48 heures après la transmission : c’est le temps d’incubation, il peut aller jusqu’à 72h environ.

Quand sommes-nous contagieux avec la gastro ?

L’infecté devient aussitôt contagieux, dès l’arrivée des signes de contamination d’une gastro-entérite. Ainsi, une bonne hygiène et éviter les contacts sont préconisés pour limiter les risques de contagion.

Comment éviter une épidémie de gastro-entérite ?
Fréquence des épidémies de gastro-entérite

La dernière gastro-entérite date du 16 décembre 2019, avec un taux d’incidence globale de 169 cas sur 100 000 habitants. D’après la carte des gastro-entérites établie par le réseau sentinelle, les régions les plus touchées étaient les Pays de la Loire, la Bourgogne-Franche-Comté et le Grand-Est, avant l’arrivée de la gastro-entérite à Paris, passée en zone orange.

« C’est une activité classique pour la saison. L’activité se renforce généralement autour des fêtes de fin d’années », a déclaré Marion Debin, épidémiologiste au réseau sentinelle de l’Inserm (Institut National de la Santé Et de la Recherche Médicale). Lucie Fournier, également épidémiologiste au réseau sentinelle, explique : « Même s’il demeure une part de mystère, une des hypothèses est que les gens sont davantage près les uns des autres en hiver, dans les mêmes lieux fermés, ce qui favorise le passage des virus d’une personne à l’autre. »

La rapidité de contamination se traduit ainsi par l’origine virale de la gastro-entérite.

Bon à savoir : une épidémie de gastro-entérite de souche bactérienne ou parasitaire résulte souvent d’une intoxication alimentaire ou d’une eau impure. On la retrouve surtout dans des pays en voie de développement, voire chez certaines personnes au retour d’un voyage, ce qui fait que cette forme d’infection est plutôt rare dans notre pays, mais pas impossible.

Les gestes à adopter pour éviter la contagion

La contamination de la gastro s’effectue par contact, en particulier par les mains. Voici nos conseils pour limiter la contamination d’une gastro-entérite :

  • il est important de bien se laver et de se savonner les mains ou d’utiliser une solution hydro-alcoolique, avant et après avoir mangé, et surtout en sortant des toilettes.
  • utilisez exclusivement des essuies mains jetables, car les serviettes sont des nids à microbes et les sèches mains dans les lieux publics entraînent la multiplication bactérienne.
  • lorsque vous cuisinez, lavez les aliments et préparez-les sur un plan de travail propre, veillez aussi à bien les faire cuire.

Autres précautions à prendre contre la contagion d’une gastro-entérite :

  • Nettoyez avec des lingettes désinfectantes les meubles et les objets fréquemment touchés, comme les poignées de porte et les téléphones portables qui font partie des appareils les plus sales.
  • Évitez d’entrer en contact avec d’autres personnes pour ne pas les contaminer à leur tour.

Ce ne sont pas exactement les mêmes gestes-barrières que pour le virus de la grippe ou les autres virus hivernaux qui sont transmis par les gouttelettes de salive et non par la matière fécale.

Bonjour! je suis le Dr.

Spécialiste en médecine générale, pratique de l’échographie, Cumul retraite

✓10 ans d’études à Angers (49)
✓ 6 ans urgences et 4 psychiatrie en Mayenne
✓ 30 ans de médecine générale (45)

 

Mon Expertise

Stress, & Troubles cognitifs

Second avis, versus inflammation cérebrale

✓ Conseil hygièno-dietetique , alimentation cétogéne
✓ « jeûne intermittent » Le prix Nobel de médecine 2016 a été attribué au Japonais Yoshinori Ohsumi sur l’autophagie
✓ Résistance à l’insuline , pourvoyeuse d’obésité, d’athérosclérose etc.

Bilan de santé

✓Bilan thyroidien et hypothyroidie frustre
✓Anti-oxydants
✓Mélatonine ( 100*vitC)

Cardiologie

✓Statines effets indésirables , “choléstérol”
✓athérosclérose /facteurs de risques (résistance à l’insuline),
✓diététique et réadapation à l’effort

Start facile

Docteur Nagib Moatassime

(visio) WhatsApp

(+33) 02 38 84 38 75

https://mondoc.pro/fs-arret/
https://mondoc.pro/consult